Bandeau
Education au Développement Durable - Lyon
Education au Développement Durable

Académie de Lyon

logo article ou rubrique
Numérique, pollution et gaspillage
Article mis en ligne le 18 juin 2020
dernière modification le 27 août 2020

par ecognard, Valentin MARTIN

En supprimant les trajets, favorisant le télétravail pendant le confinement dû au coronavirus, l’usage du numérique a permis une nette amélioration de la qualité de l’air, contribuant ainsi au recul du fameux « jour du dépassement  ».

On sait toutefois que le numérique contribue au dérèglement climatique.

L’envoi d’un courriel est souvent présenté comme plus respectueux de l’environnement qu’un courrier lequel est accusé de détruire la forêt. Pourtant, le numérique pourrait représenter 7% des émissions de CO2 en 2020.

Il émet aujourd’hui 4 % des gaz à effet de serre du monde, et sa consommation énergétique s’accroît de 9 % par an.
Un mail équivaut à 25 minutes d’utilisation d’une ampoule de 60 W.

De plus, nous sommes de plus en plus connectés, nous renouvelons régulièrement nos téléphones, nos tablettes, et ordinateurs sous couvert de performance, design ou vitesse. Nos montres sont connectées. Nous pouvons surveiller la maison depuis le bureau, compter le nombre de nos pas, tracer à l’instant T notre marche dominicale sur une carte, la garder en mémoire et faire de son historique une nouvelle forme de collection dont celle des calories dépensées.

Avons-nous les moyens d’une telle consommation ?

Comment gagner en sobriété ?

Quelles mesures législatives pour lutter contre le gaspillage ?

Qu’est-ce que la pollution numérique ?

Quels sont les impacts environnementaux du numérique ?